canicule - Laurent Reyes

Canicule Arnaud Bizalion Laurent Reyes

Canicule par Laurent Reyes, paru chez Arnaud Bizalion Editeur sent la fumée, le sexe et des étés infinis.

Petit livre dense, le photographe témoigne d'une vie où la chaleur s'inscrit en filigrane.

Chaleur des corps, des amitiés ; chaleur éprouvante des jours de canicule que Pline l'Ancien attribuait à l'étoile Sirius ; chaleur de cette rage de tout vivre, tout goûter, tout ressentir.

Canicule Arnaud Bizalion Laurent Reyes
©Laurent Reyes

"Et s'il ne se passait rien ?" s'interroge Laurent, écho espéré à la phrase de Houellebecq " Dans la vie tout peut arriver, mais surtout rien." 

Et de fait, il ne se passe rien, rien n'arrive, mais tout est là, surgissement constant. Une infinité de toutes petites choses, de particules chaudes.

Les hortensias fleurissent dans une fuite rouge, Aloha sur le tableau de bord, on joue à la console, on tire des traces, les bouts de verre ressemblent à autant de petits trips.

Les corps sont nus dans la chaleur lourde d'un été infini.

Sexe, drogue, rock'n'roll, et les punks seront bien gardés.

Canicule Arnaud Bizalion Laurent Reyes
©Laurent Reyes

La chaleur obsède, la chaleur enrobe, la chaleur est lourde de tout.

Et comme le dit Laurent Reyes "J'imaginais moi aussi que ma canicule allait naturellement se dissiper vers mes trente ans." A priori, Laurent est photographe, mais pour la voyance c'est raté. 

Alors, il nous offre, nous balance, nous livre ces images sans souci de forme, couleur ou noir et blanc, argentique, autre, qu'importe, il faut tout nous donner, tout.

Parce que c'est la vie, sa vie qui s'inscrit dans l'ouvrage. Todo esta aqui.

On pourra bien crever après ça, on s'en fout. Parce qu'il y a les amis, les potes, des heures d'enfance à protéger les cabanes, parce qu'il y a, pas très loin, Kerouac, Bukowski et Baudelaire. 

Canicule Arnaud Bizalion Laurent Reyes
©Laurent Reyes

Canicule est une invitation, par-delà la chronique d'une existence. Prenons un instant la tangente, et merde à nos peurs, nos doutes. 

Dans le matin le café a éclaboussé le sol, les fleurs sont presque fanées dans la portière, mais bon sang ça respire, ça vibre, ça bouge.

Nous aussi nous sommes là, entier, avec Laurent Reyes. 

Ca fait un bien fou de secouer un peu la torpeur, de sentir l'incandescence sur nos peaux. Et de rien nous faisons tout.


Canicule Arnaud Bizalion Laurent Reyes
©Laurent Reyes


"pour que 

l'hallucination 

s'installe

et que le rêve de 

réalité devienne la

réalité même"


Tout est miroir. Et il faut traverser pour (se) trouver.

Ou lire Canicule.

Ou prendre la route, rejoindre nos confrères, nos consœurs, sans espérer un seul instant que les températures ne baissent. 

Il est bon de vivre, pleinement. Et de s'enfouir dans les replis de la canicule.


Site de Laurent Reyes

Site d'Arnaud Bizalion Edditeur


Commentaires

Articles les plus consultés