Périphérique - David Siodos

David Siodos Périphérique blog chronique livre photo 5ruedu.fr

"Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents... tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respectent pas les règles. Vous pouvez les admirer ou les désapprouver, les glorifier ou les dénigrer. Mais vous ne pouvez pas les ignorer." 

Ces mots de Jack Kerouac auraient pu servir d'introduction au livre autoédité de David Siodos, Périphérique.

Ici, le périphérique c'est celui de Toulouse.

Vous irez, l'empruntant, d'un point A à un point B.

Vous roulerez vite.

Vous serez un usagé. Un de plus. 

Vous ignorerez ceux qui, déclassés, marginaux, rebelles vivent à ses côtés, dans son ombre.

David a choisi, lui, de s'intéresser à ces Hommes oubliés de tous.

David Siodos Périphérique blog chronique livre photo 5ruedu.fr
©David Siodos


A l'origine, il y a la rencontre, un peu hasardeuse, d'un SDF qui offrira un café. Puis, le photographe va arpenter les alentours de cette voie rapide, saisissant le grouillement de vies, des instants fragiles et magnifiques, interrogeant la douleur et l'Amour.

David Siodos Périphérique blog chronique livre photo 5ruedu.fr
©David Siodos

Oscillant entre vision onirique et réalité brute, les clichés de David Siodos ne cessent de questionner.

Qui est cet homme ondulé: junkie en plein trip ou représentant héroïque d'un épisode de la quatrième dimension? 

Et cette femme au visage lacéré, simple "accident" de tirage ou vie accidentée, cabossée?

David Siodos Périphérique blog chronique livre photo 5ruedu.fr
©David Siodos


Dans ces replis du monde, là où le vie ne tient qu'à un fil, on croise parfois la Beauté, amère. Deux jambes exquises, talons hauts qui fuient on ne sait où. Ni pourquoi.

D'une haie sort un acéphale. Démon? Voleur d'âme? Pégase désailé qui se cache?

Ici la violence, le folie ne sont jamais très loin. Cette vieille dame  accusant le photographe de tuer les oiseaux. Ces chiens et chats qui s’entre-dévorent. 

Pourtant, la force, la magie de l'ouvrage de David Siodos tiennent dans l'immense et sincère empathie de son regard.

Le voyeurisme n'a pas sa place. Au contraire, le livre est un  hymne au respect, à l'altérité.

David Siodos Périphérique blog chronique livre photo 5ruedu.fr
©David Siodos


Le photographe ne cache rien, utilise le décor comme dans un immense théâtre à ciel ouvert, nous propose sa lecture d'un monde que beaucoup ignorent. 

Feignent d'ignorer. 

Ses clichés ouvrent une porte sur les bordures, les lisières, poussant le lecteur à l'interrogation:  la rencontre de l'Autre n'est elle pas aussi, un pas en direction de Soi? Une façon d'ouvrir son regard au Monde? 

S'il paraît toujours difficile d'aller vers les autres, peut-être plus encore de les photographier, restituer ses impressions sans tomber dans le simple et banal reportage relève de la gageure.

Le SDF est à la mode...

Pourtant, l'auteur va au-delà. Parce qu'il prend le temps de discuter, de boire ou d'offrir un café. Discussions cocasses, baroques, qui agrémentent le livre, soulignent la sincérité du propos.


David Siodos Périphérique blog chronique livre photo 5ruedu.fr
©David Siodos


Accompagné de poèmes de Romain Lasserre, Périphérique est un grand livre. 

Peut-être pas tant par ce qu'il dit, mais parce que sa pudeur, son honnêteté offrent bien des raisons de s'interroger sur notre société, sur la marginalité et sur le rapport que nous entretenons avec celle-ci. 

Le périphérique, Léviathan capitaliste, parangon d'individualisme, produit, paradoxalement, des êtres périphériques, qu'on n'évoque dans les journaux que quand il fait froid ou lors d'une quelconque opération de police.

David Siodos, lui, a le courage de leur donner existence. 


Pour acquérir le livre (numéroté sur 350) contactez David Siodos via son site ou via Facebook



Commentaires

Articles les plus consultés