Venise et ses îles - William Guidarini




Certains noms de villes sonnent comme des stimulants à l’imaginaire: Tanger, Vladivostok, Samarcande. 

Venise n'échappe pas à cette règle.

C'est avec en tête des souvenirs de flots de touristes, d'un Rialto bondé un soir de février, mais aussi de ruelles silencieuses à la quiétude songeuse que j'ai ouvert le livre de William Guidarini, Venise et ses îles, paru chez Arnaud Bizalion.

livre de William Guidarini Venise et ses îles noir et blanc photographies
©William Guidarini

Il y avait une pointe d’appréhension, la peur éventuelle du catalogue, peut-être  aussi du florilège photo-folklorique habituel.

livre de William Guidarini Venise et ses îles noir et blanc photographies
©William Guidarini

Pourtant, c'est avec joie que j'y ai découvert plus qu’une ville ou un territoire intime. La Venise, les Venises puisque William Guidarini nous fait voyager dans un espace satellitaire qui s'étend bien au-delà ( de Marseille à Arras en passant par Lyon) de l'auteur, sont un espace-monde mental. 

livre de William Guidarini Venise et ses îles noir et blanc photographies
©William Guidarini


Au gré des déambulations, émergent des visages, le plus souvent de dos, des lieux incertains, lustres d'un palais luxueux, lagune, venelles dans ce moment où la nuit ne permet plus de se cacher, mais oblige à exister. La lenteur est de mise: les lieux sont éternels, même face au naufrage, laissons nous porter.
William Guidarini égraine le chapelet de ses souvenirs, de ses peines et ses joies; rien n'est plus mais tout devient réminiscence parfois à peine teintée de bleu .

livre de William Guidarini Venise et ses îles noir et blanc photographies
©William Guidarini


Ce livre introspectif donne à voir le  nécessaire retour sur Soi. Dans ces endroits aimés, à la charge mélancolique, quand le noir et blanc invite à la rêverie et l'intériorité, William Guidarini nous offre le l'ouvrage idéal pour vivre et revivre l'instant. Il suffit de le suivre, pas à pas, prendre son temps, écouter le bruit du vent un soir de novembre et s’abandonner.

Au fond, tout ceci pourrait se résumer en une phrase: merci  de nous avoir emmené dans votre Venise. 

Cet article vous a plu? Interrogé? Surpris? N'hésitez pas à laisser un commentaire.

Commentaires

Articles les plus consultés